Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 11:52

 

  joli Coeur avec oiseaux animés

 

 

 

 

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 20:04

 

 

 

Repost 0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 15:20

 

 

 

Repost 0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 13:39

 

  .

 

Un jour, un collègue m'a parlé de toi et j'ai défailli au point de m'asseoir par terre tellement l'émotion était forte. Ce collègue qui suivait le fil de mon histoire a été d'une franchise fracassante et ses mots ont causé en moi un grand cataclysme ... J'essaie de retranscrire avec mes mots simples l'étendue de notre entretien ... La portée de mon émotion n'a d'égale que le choc causé par les larmes de ce collègue. Pourquoi a-t-il pleuré ? 

 

Moi qui suis si sensible devant les larmes des hommes, moi qui me souviens toujours des larmes de Papa malade et mourant mais qui est revenu vers la vie suite à mes mots coulant d'où on ne sait quelle source ... Moi qui suis si impuissante devant les grandes émotions causées par les larmes des hommes, j'ai défailli face aux mots de ce collègue qui avait les larmes aux yeux. 

 

Si vous êtes sensible, ne lisez pas cet article empreint de ma vérité, si vous êtes insensible ne le lisez pas non plus, lisez le si en votre coeur votre humanité parle et si elle écoute l'humanité des autres y compris la mienne. Ce collègue était en colère contre moi car il ne comprenait pas que je puisse m'exprimer comme je le fais. Jugez de ces mots terribles :

" Eléonor, est ce que If recèle une réponse à ton amour ? Non. Est ce qu'il est en mesure de receler une réponse à ton amitié ? Oui. If a une femme dans sa vie et il est clair qu'en prétendant ne pas te lire, il a voulu te faire comprendre ce message. Enfin, Eléonor, tu es en mesure de comprendre ce qui est compréhensible. Tu t'aveugles et tu continues d'écrire ce que ton coeur te dicte. Mais, il ne sert à rien de te cacher la vérité ... "

 

J'ai regardé et écouté en silence ces mots et je n'ai rien répliqué. Mon collègue me secoue en me prenant par le bras : " Réveille-toi Eléonor, car tu te fais mal en croyant changer les choses ... C'est le choc culturel car tu es toujours orientale dans tes expressions alors que tu vis en Occident. La vérité est toute simple. Cesse de crier ton amour et demande à If de devenir ton ami. Il le fera. " 

 

J'ouvris les yeux tout grands car je décelais des larmes dans les yeux de mon collègue. Pourquoi pleure-t-il alors qu'il me secoue toujours le bras ? Je me suis sentie défaillir, je tombais, je tombais et quelque chose résonnait en moi ... J'essaie de me reprendre, j'essaie de résister mais je ne peux pas rester debout car mes énergies m'abandonnent, je m'assieds par terre tout simplement et je continue d'écouter ce flot de paroles qui m'ébranlent :

" L'amour n'est pas souffrance. L'amour n'est pas seulement risque, l'amour est délice, l'amour est bonheur. L'amour est présent et s'il ne peut honorer le présent, il n'est pas sentiment qui mérite ton attention. If ne t'aime pas. Il t'aurait répondu, il t'aurait compris, il t'aurait soutenu. Je sais que rien de tout celà ne s'est produit. Aimer ...Il n'est pas donné à tout le monde d'aimer. Et tu n'aimes pas If non plus. C'est tellement flagrant de constater que tu n'aimes pas If. "

 

Je n'ai aucune envie de répondre et je regarde la colère de mon collègue qui coule en des mots toujours plus puissants et plus blessants :

L'amour engendre l'action. Certes, tu écris mais tu n'es pas dans l'action. Tu es dans l'émotion. Ton émotion, ton sentiment, ton désir, ta peur font que tu es dans l'incendie. Exactement ! Tu es dans le feu car tes mots ouvrent la conscience et font mal. J'aurai été If, j'aurai préféré que tu ne m'aimes pas. Parce que tu es un danger pour le coeur. "

 

Je suis de plus en plus surprise par cet acharnement, mais je ne prononce aucun mot. Mon collègue essuie ses larmes et signe encore avec ces vérités qui me dérangent : " Tu n'aimes pas If. Alors, ne lui parle plus d'amour. Tu peux prétendre à son amitié mais jamais à son amour. C'est clair. Excuse-moi d'être si dur mais il a fallu que je te dise ce que je pense de tout ce que tu écris. Tu es un danger pour le coeur de If. Et il est heureux qu'il ne t'aime pas. Une femme comme toi est un danger pour un homme comme If.

Voilà, j'ai ouvert mon coeur et j'ai dit ce que j'avais à dire. Maintenant, c'est à toi d'ouvrir ton coeur et de dire à If, entre toi et lui, ce que tu as à lui dire amicalement. Laisse If tranquille et ouvre les yeux sur la présence d'un autre homme qui pourra t'aimer .... " 

 

Toujours assise et sous le choc de ces grandes émotions, je regardais dans le vide. Je suis sans voix car je suis sous l'effet de véritables émotions. Je sens pleurer mon coeur. Ce collègue ne m'a pas épargnée et ses mots offensants me font très mal. L'amour ne peut pas être présent car il jaillit de l'intemporel. L'amour est en même temps les multiples facettes du même miroir. L'amour est la fusion des âmes !

 

Ce que mon collègue a révélé ne me concerne pas car ce que j'écris jaillit de mon âme et je ne juge pas mon âme. Que If m'aime ou ne m'aime pas est du pareil au même pour moi. Que j'aime If ou que je ne l'aime pas est une autre affaire. J'aurai aimé devenir l'amie de If. Mais, je suis exempte et d'amour et d'amitié. If ne m'aime pas et ne daigne pas accepter mon amitié. Alors, je m'exprime et je ne pense pas représenter un danger pour lui. Du tout. Car ce que je porte pour If dans mon coeur est plus grand que tous les jugements, plus noble que toutes les interprétations erronées et plus authentique que toutes les vérités des autres. C'est la vérité de mon âme qui compte et c'est l'essentiel.

 

  Ô MYSTERE ! PARCHEMIN N°29

 

 

Je suis restée assise longtemps après le départ de mon collègue qui ne m'adresse plus la parole depuis ce jour fatidique où je lui ai dit que je continuerai d'écrire ce que mon âme me dicte et que j'aimerai encore et toujours et que je suis libre d'aimer ... Libre d'écrire ma légende avec l'encre de mes sentiments et que je ne permets plus jamais à qui que ce soit de me dicter sa loi. Le seul danger que je pourrai représenter pour moi-même est d'adhérer à ce que les autres décident pour moi. Mais, je suis libre d'aimer If et même s'il ne m'aime pas et même s'il refuse mon amitié, mon sentiment ne changera point. Et c'est ce que mon âme désire.

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

Repost 0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 20:12

 

  . 

    Un jour, en 2005, j'ai écrit ce poème inspiré par l'amour ad infinitum de If et je le lui ai donné.

 

Au firmament de l'attente,

Au clair des horizons,

L'harmonie belle et lente,

Se transpose au fil des saisons.

Au hasard des rues,

Au carrefour des destinées,

Les âmes sensibles et mues,

Transcendent les pulsions innées.

 

Surpris, il m'a dit ces mots : " Très bien ! " Et il n'a rien ajouté d'autre. Je savais qu'il avait une copine, je le savais mais il fallait lui donner mon poème car il le fallait. Point et c'est tout. Je n'ai pas cherché à comprendre cette déraison et je n'ai pas pu y échapper. Un autre point et c'est tout. J'ai agi car mon âme me demandait de le faire ... Une infinitude de points et c'est tout.

 

"Et les regards se sont croisés" sont les propres mots de If qui avaient rejoint mes mots. Quand il les a prononcés la première fois devant moi, j'ai cru tomber dans le vide car je le regardais et je pensais la même chose " Et les regards se sont croisés ..". Sauf que If parlait d'une autre femme ... Et je le regardais en pensant à tous mes rêves, je le regardais en refoulant mes larmes, je l'entendais rire en refoulant mes désirs, j'entendais sa voix que j'aime entendre, j'écoutais cette merveilleuse voix qui me transcendait et me projettait vers un temps immémorial.

 

If, est ce que tu te rappelles de mon poème ? Te rappelles-tu que tu disais et que tu répétais ces mots  " Et les regards se sont croisés " ? J'avais déjà écrit mon poème portant le même titre et je te regardais en cherchant le secret dans tes yeux. Comment pouvais-tu dire les mêmes mots ? If, je ne sais pas ce qui se passe vraiment mais ces derniers temps, ce poème revient vers moi dans les statistiques. Aucun autre homme que toi ne peut être sensible à ce poème car il a une intrigante histoire.

 

C'est mon histoire avec toi et je suis étonnée de le voir revenir vers moi alors que j'essaie de t'oublier. Comme si quelque signe se manifeste, comme si quelque message m'interpelle, comme si je suis en mesure de vivre une autre histoire ... La suite de mon histoire qui a commencé et qui dure toujours ... Cet amour qui me fait pleurer, qui me coupe le souffle, qui m'intrigue, qui m'interpelle, qui me sensibilise et qui me renvoie vers les mystères intemporels, les mystères de la réincarnation. If ! Mon merveilleux If ! 

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

Repost 0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:19

 

464a07f5Où fuir et comment ? Ma réalité vertigineuse s'envole en des marées très hautes et me verse alternativement dans la conscience du sentiment inconditionnel de l'Amour. Amour quand tu me tiens et que j'essaie d'oublier mais que l'oubli est impossible, que les souvenirs sont vivants et que la mesure de mes sentiments n'est plus mesure mais infinitude.

 

J'aime cette chanson d'un amour sans mesure. Je ne parle pas un mot indien mais la langue indienne me parle et me touche ... La civilisation indienne touche mon âme. Je suis si heureuse d'écouter ces mélodies qui baignent toujours mes voyages oniriques. J'ai vécu en Inde en un autre temps et en une autre vie. Et les échos de ces souvenirs brillent toujours en mon coeur.

 

Où fuir et comment  ? Je ne peux pas fuir car c'est ma légende qui s'écrit. L'amour me verse dans l'Amour et je vis les changements successifs ... De jour en jour, des choses viennent vers moi en les échos, en les souvenirs, en les vibrations, en les émotions et si je dois écrire tout ce que je vis, il me faudra des centaines et des centaines de livres ... Et même si les visions sont inexprimables, j'essaie de transcrire avec mes mots simples ce que mon âme vit comme Amour sublime !

 

 

 

Ma conscience s'ouvre sur ce principe d'unité et d'union avec l'Univers. De mon histoire intrigante se déclinent à l'infini des réalités réinventées et je sens évoluer en mon coeur l'océan des émotions. Mes rêves me parlent et je réalise que quelque chose d'inexprimable se dessine en mon Ëtre essentiel.

 

Dieu ! Soutiens-moi. Comment vivre tout ce que je vis comme Amour ? 

Dieu !  L'Amour en ma conscience sublime ! Et je danse la joie de vivre ce que le commun des mortels ne vit pas. Je vis l'Amour en toute conscience. Dieu ! Dieu ! Dieu !

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

Repost 0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:34

 

 

  Je t'aime en la Vérité éternelle jolie globe 

 

 Je suis libre d'aimer, je suis libre de t'aimer

  et d'écrire mon amour dans mes poèmes ...

Je suis libre de laisser briller ton soleil en mon coeur ...

Je suis libre de considérer ta passion comme une merveilleuse musique qui luit en moi.

Tu es ma belle aurore ...

Je suis libre de dessiner les plus émouvants des tableaux en ton honneur

et de chanter mes sentiments sur les toits du monde.

Tu ne m'empêcheras pas de vivre ma destinée.

Personne d'ailleurs ne le pourra.

Je ne suis qu'une goutte d'eau emportée par l'océan d'une passion éternelle

et le Créateur lui-même t'a choisi pour être cette étoile qui m'attire irrésistiblement.

Alors, tu es libre de m'oublier mais ne me demande pas de t'oublier.

Que je le veuille ou que je ne le veuille pas,

que tu l'acceptes ou que tu ne l'acceptes pas,

tu es le matin clair du livre de mon existence

et tu fais jaillir en moi tous les beaux sentiments ! 

 

Qu'écrire ? Que penser ? Le 17 juin 2010 mon article inspiré et intitulé

UN MESSAGE POUR TOI

 

exprimait ma vérité. Que je le veuille ou que je ne le veuille pas, If a marqué mon existence et il a ébranlé en moi toutes les sensibilités. Je l'aime toujours du même amour sans mesure et j'en pleure.

 

Je vis toujours le même feu qui me consume pour If. Je prie Dieu afin d'adoucir ces flammes. Les années ont passé et aujourd'hui, 13 janvier 2013, ma légende se conforte de l'Eternité de ce que je ressens ... C'est le même amour, c'est la même passion empreinte de la même force. Dieu !

 

Pour vous et avec vous jusqu'au bout de l'Amour ... Ce que j'écris, je le vis et je vous fais partager mes émotions. Je suis désolée d'ébranler certaines âmes d'entre vous et je vous demande pardon. J'ai besoin de vous pour vivre ce que Dieu a voulu initier en moi comme désir suprême. L'Amour n'est pas un chemin mais il est un principe de l'Eternité. Je suis toujours ma quête et je vous remercie de m'avoir soutenue et de continuer à être présents pour moi.

 

Je suis désolée, je vous demande pardon, je vous remercie et je vous aime.

 

  Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 17:00

 

 

    Regarde ce que je n'écris pas, ne lis pas ce que j'écris If.

 

 

J'embrasse de mes regards ton amour et en tes yeux se recèle et se révèle le secret de mon âme. J'ai choisi en l'expression de mes ressentis la voix de la plus sublime des chanteuses marocaines Somaya Kayssar. La grâce, l'excellence scellent cette mélodie. En arabe, ma langue maternelle, je marque les virgules de mon amour, je définis les points et j'écris qu'au-delà de toutes les frontières, l'amour se vit en mon coeur.

 

Regarde avec ton coeur ce que je n'écris pas, écoute avec ton âme les symphonies que cette chanson t'inspire ... Je t'aime en le secret de mes désirs qui se manifestent en l'azur ... Je t'aime en l'aurore bleue révélant le jour ... Je t'aime en la rencontre de la chaleur du soleil irisant mon Être essentiel.

 

Je t'aime en les mystères des cieux, en mon coeur composant la réalité réinventée ... Je t'aime en les mots de toutes mes espérances ... Je t'aime en les mirages, en les souvenirs, en les mots révélant les vécus ... Les turbulences, les regrets, le Temps qui fuit ...

 

Je t'aime ! Je t'aime en la foi, en sa force, je t'aime en les illusions, en leur impuissance, je t'aime en la Vérité, ma vérité, ta vérité, mes croyances, mes convictions, mes déceptions, mes bonheurs, mes peines ... Je t'aime en ma quête.

Je t'aime en la Vérité éternelle de l'hymne divin qu'est mon âme.

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

Repost 0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:45

 

 

1o1f6aa0 

 

     

 

 

 

 

  Ton amour If ! Je fonds, je fonds à rêver de te revoir ... Je me languis de toi et je ressens ce besoin intense de te revoir. Tu me manques, même dans mes rêves tu me manques ... Ton amour If ! L'absence me fait fondre, je suis éprise de toi à en mourir ...

 

Je suis âme et je vis la force et l'infini de ton amour ... Je t'aime et tout le monde le sait ... Et les secondes passent, les minutes les cumulent, les heures les dénombrent, les jours les comptent, les années les enregistrent et les archives les classent ...

 

Compte If le nombre infini de tout l'amour que je te consacre, compte le temps en secondes, compte le en années, compte le en les vagues des océans qui coulent en moi, compte If  tous les rêves qui subliment mes nuits, dénombre mes larmes, enregistre If toute l'infinitude de ma passion à ton égard.

 

Neutralise If ma patience et mon impatience ... Calcule mes mots, les équations et les espoirs et déceptions, attelle mes songes et mes errances, édifie les valeurs et les principes qui m'animent ... If, compte les grains de sable et mes attentes, contemple les étoiles et mes prières, regarde ce que je n'écris pas, ne lis pas ce que j'écris ...

 

   CET AMOUR QUI ME FAIT PLEURER !   1o1f6aa0 

 

 

 

 

Devine dans ton coeur que l'amour sans réponse demeure une ultime question suspendue dans le Temps. Jusqu'au bout j'irai, jusqu'au bout j'écrirai toutes ces émotions que mon âme et mon coeur empruntent à l'Indicible. J'ai besoin de te voir ... Te voir If, même de loin mais te voir et adoucir ce feu qui ne cesse de brûler en moi ...

       Regarde ce que je n'écris pas, ne lis pas ce que j'écris If.

 

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés. 

 

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 19:52

 

 

  Je danse l'Amour ! If, je danse ton amour. Je suis astreinte If  à l'infini de ce sentiment indéfectible, passionnel, sans mesure ... If, If, If, quel remède, quelle paix, quelle sérénité me verseront dans la béatitude sans que je pense à toi, encore à toi, toujours à toi, infiniment à toi, à toi, à toi If ? 

 

Ô Temps ! Je sculpte la Vérité jusqu'à ce que le sentiment divin en soit manifeste ... If, ma gloire et ma raison, If, tu demeures en moi le soleil de l'espérance, If, If, If ... Je rêve de toi, encore de toi, toujours de toi, ad infinitum de toi et je t'appelle dans mes songes onduleux ... If, mon merveilleux If.

 

Une fièvre s'empare de moi, une rivière coule en moi, des vagues chantent ton amour en moi ... Je suis astreinte au bleu de ta passion If et je coule, je coule dans ma propre vérité, mes mots me portent vers l'essentiel ... Que ton amour me ravisse, qu'il me chavire et qu'il m'emporte au-delà du réel ... If, If, tu es mon soleil, la source qui coule en mes mots ...

 

Tu es le firmament en chacun de mes mots, tu es l'azur If, tu es l'horizon ... Tu es l'espoir en chacun de mes sentiments If, tu es mon poème sensible ... Tu es le clair de ma vérité If, tu es la vibration en chacun de mes pas de danse ... Tu es l'émotion qui émerveille mon coeur If, tu es tout pour mon âme, tu es l'espérance !

 

If, je suis astreinte à ton amour ... If, mon merveilleux If ! Et je laisse mes mots révéler la vérité de mon coeur If. Vois-tu, tu ne me lis pas mais mon âme me confirme que ton coeur me lit et qu'il sait et qu'il connaît l'étendue de tout l'amour qui m'anime à ton égard. Nous sommes unis, réunis, nous sommes dans la Vérité de l'éternelle énergie qu'est l'Amour.

 

If, If, If, If ... Ad infinitum, je chanterai toujours en mon âme le même poème ... Tu es mon poème sensible qui me verse dans l'irréel, dans l'Indicible ... J'aurais aimé poser ma tête contre ton coeur et pleurer toutes les larmes de mon corps, te raconter de voix vive tout ce qui est advenu de moi ... Te raconter mon histoire et te faire toucher du doigt ... TOUT L'AMOUR QUI M'ANIME !  ... Ton amour If !

 

 

 

Avec amour, respect et haute considération.

Eléonor Gosselin.

Tous droits réservés.

 

Repost 0