Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 23:02

Mahmoud MAHBOUB est un ami que j'apprécie beaucoup. Je m'incline devant sa créativité et je peux affirmer que son style me plait énormément. Nous avons l'amour de l'Orient et la poésie comme points communs et j'ai le plaisir de vous présenter ce peintre des mots.
Mahboub :) :)


 
http://netlog.com/EVASION2843Mahmoud MAHBOUB
EVASION 66
Mahmoud MAHBOUB
C'est moi-même qui ai écrit ce message à Mahmoud pour lui exprimer mon admiration vis-à-vis de son magnifique article et il a eu la gentillesse de m'autoriser à le publier.
§§§§§§§§§§§§§§
C'est sublime ! J'aimerais avec ton autorisation faire profiter mes lectrices et mes lecteurs de ton génie créateur à travers un article qui te sera consacré. Alors parle moi de toi et donne moi le lien vers ton site et je m'en occupe. Merci. Je prendrai cet article magnifique et je le dédierai en ton nom au monde entier.
Eléonor.
http://www.avotreseuldesir.com


Chère Amie, :)

Je suis très touché par ton appréciation, je ne suis qu'un poète amateur, j'adore la poésie au travers de laquelle, j'essaie de retranscrire mes ressentiments, mes peines et mes joies ici sur mes pages de netlog uniquement, il est vrai que j'avais l'intention de créer un site personnel sur la toile, mais mes connaissances techniques assez modestes aussi, ne m'ont pas permis de réaliser ce projet.
Mon seul grand plaisir est de faire partager mes articles à mes ami(e)s ceux et celles qui savent les apprécier, comme toi aujourd'hui, me procurant ainsi, une satisfaction morale très importante et je les en remercie vivement à cette occasion !!! :) :)
Tu pourras te servir de mes articles ceux qui te plairont puisqu'ils sont déposés sans aucune protection et mis à la disposition de mes seul(e)s Ami(e)s, lesquel(le)s ont seul droit d'accès à mon profil et ce, pour les publier en mon nom dans ton site, la seule demande que je formulerais dans ce cas, j'insiste sur ma signature à rajouter à la fin de chaque article d'une part et que tu puisses à chaque fois que tu publieras événtuellement un de mes articles que tu m'avertisses pour que j'y déposerais de préférence le premier commentaire !!!
Je ne finirais pas sans te féliciter pour ton merveilleux site que j'ai visité chère Amie et te remercier encore une fois de t'intéresser à mes articles !!! :) :)

Je diffuserais le lien de ton beau site auprès de mes Ami(e)s car il mérite sincèrement d'être visité et pour cela, encore un grand Bravo !!! :)

Excellente semaine !!!

Mahboub :) :) 






    • :)Rêves et délices d’Orient :)

      Leur horizon était féerique et surprenant
      Les mille et une nuit et leurs saveurs d’antan
      Les parfums montaient au ciel
      Et le cœur plongeait dans leurs merveilles



      Ici et là, ces chaudes nuits étaient pleines de réjouissances
      Et on ne songeait qu’aux plaisirs de la vie dans toutes les mouvances
      Les vraies lueurs des lumières d’Orient
      Attiraient les Seigneurs sans dédain
      Avec des yeux perçants comparables à ceux des félins



      Aux portes du désert, l’oasis splendide
      Surplombait les hautes dunes et tous ces espaces vides
      Le mirage d'une clairière dans la palmeraie, attirait la vie avide
      Où s'y découvre une terre fertile, prospère et humide



      L'atmosphère d'un petit lac vermeil et salé
      Reflétait l'azur bleu du ciel d'un lieu émerveillé
      Les palmiers oscillaient au gré d’un petit vent de sable trouble
      Animait par des spirales fantômes qui s’essoufflent



      Les poussières du temps s’y déposaient lentement
      Dans ces palais aux nombreuses senteurs d’Orient
      D’où la poésie s’y dégageait dans un mystérieux décor nuit et jour
      Comme des caresses à chaque détour
      Comme des caresses glamour



      Les astres brillaient aux sons de cette musique orientale
      Entrainant ces danseuses dans leur beauté nullement banale
      Chants et musique orientale à la fois enivrante et reposante
      Pour les âmes sensibles qui à ce jour encore, la jouent et la chantent




      Quand les rêves passent et qu'ils se réalisent
      Toutes les poésies se lisent et se relisent
      Dans ce monde aujourd’hui incertain
      Incertitude non souhaitable pour demain



      Alors dans un havre de sérénité retrouvée
      Et sur cette terre de paix arrachée
      Il faudra prendre ces instants magiques
      Pour les rendre encore plus féeriques



      J'aime les mots qui ont un sens
      Qui nous laissent dans toute notre aisance
      Des mots qui guérissent nos maux
      Je te les offre pour que ton monde soit encore plus beau

      :)Mahboub :)

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 18:50

               

Poème: Un parfum oriental



Nous devons considérer les contes des Mille et Une Nuit

comme le vitrail oriental aux couleurs flamboyantes.

Ces histoires fantastiques chantent l'amour d'une femme qui,

dans un élan vers la beauté, a su se dépasser

et conquérir les splendeurs éternelles.

Cette passionnée raconta chaque nuit et durant mille

et un jours les mystères qui affleurent.

Pouvons-nous apprécier les senteurs de ces bouquets orientaux ?

Nous rêvons de passion et d'amour, nos coeurs aspirent au bonheur

et nous désirons découvrir les secrets de la Muse.

L'inspiration se présente, affûtons nos plumes, sondons les âmes,

accueillons les éclairs, sentons ces parfums que nous offrent les nymphes

et les ondines et célébrons le Créateur de toutes choses.
Les oiseaux du Ciel susurent les refrains de l'Amour ...
Ecrivons :
Quel mystère rôde encore ?
Nous nous demandons : Quel est ce voile qui pare l'éternel mystère oriental ?
Nous ne répondrons pas, car nous cherchons toujours la vérité ailleurs

au lieu de la chercher au fond de nous-mêmes.
Ce voile d'or qui pare l'esprit oriental des Mille et Une Nuit est une énigme ...

Nous comprenons que nous nous perdons dans cette voie

et les parfums les plus exquis des roses les plus rares

ne sauront toucher en nous l'essentiel ...
Cette flûte nous répondra que le bleu du Ciel ne l'est pas.
C'est écrit noir sur blanc que le bleu du Ciel ne l'est pas.
C'est raconté mille et une fois que la réalité ne l'est pas.
C'est interprété mille et une fois que seuls les mots empreints

d'originalité donnent l'espoir de l'immortalité et la beauté de la vérité.

Mille et une fois la vérité de notre immortalité a été mise en lumière.

Finirons-nous par en saisir le sens ? 
Cherchons l'erreur ... De l'illusion, nous devons tromper la vigilance !

Des mensonges, nous devons nous méfier !
Méditons, écoutons le silence de nos coeurs et découvrons

avec reconnaissance l'enchantement des astres gracieux !
Nos coeurs sont conquis par le charme de ces contes.

Nos âmes apprécient ces mélodies qui diffusent le parfum magique.

Ce parfum aérien et sensible sera l'écrin de cette vérité

que nous chercherons toujours ailleurs alors qu'elle habite nos coeurs.
Il est écrit noir sur blanc que vous êtes des dieux, que nous sommes des dieux,

qu'ils sont des dieux. 


NOIR SUR BLANC, IL EST ECRIT QUE DIEU EST DANS NOS COEURS.

CE VOILE D'OR QUI PARE L'ETERNITE
TENTE DE TRADUIRE QUE LE DIVIN VIT EN NOUS. 

LE PRINCIPE DE TOUT POUVOIR VIT EN NOUS !

IL SUFFIT DE SE METTRE SUR LES MEMES LONGUEURS D'ONDES QUE LA VERITE POUR ENTRER EN CONTACT AVEC L'ESSENTIEL DE TOUTES CHOSES.  

TOUTE AME QUI CHERCHE A NUIRE A UNE AUTRE AME N'EST PAS NEE DE DIEU.

L'ETERNEL CHERCHE A SE MANIFESTER EN CHACUN DE NOUS.
LE CREATEUR EST EN CHACUN DE NOUS !

Eléonor GOSSELIN
Tous droits réservés.

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:39
 

                                 

- Qu'est ce que le bonheur ? demanda Dinarzade à sa soeur Séhérazade.
- C'est un état d'esprit, commanta la belle impératrice puis, développant davantage sa réponse : un état d'esprit de chaque minute car la réalité intérieure de nos pensées se reflète à l'extérieur à travers nos humeurs. Si nous cultivons des idées noires, nous récolterons un état dépressif mais si nous fixons notre être sur la joie nous aurons le droit de nous vêtir des rayons de soleil qui réchaufferont nos coeurs.
Comme me l'a révélé mon rêve, l'existence est plus heureuse que nous ne le pensions. Il suffit de fixer nos regards sur la beauté des astres et de remplir nos coeurs de l'enchantement des étoiles.

Dinarzade pria sa soeur d'être plus explicite et de lui donner une définition plus claire de son rêve :
- Essayez de me faire comprendre avec de simples mots la morale de votre rêve car j'avoue que je ne saisis point le rapport entre le bonheur et les étoiles.
Séhérazade éclata de rire et commença à narrer son histoire onirique :
- Le bonheur sommeille dans les coeurs. Certaines personnes le classent au rang des étoiles auxquelles elles aspirent et elles cultivent l'art d'être heureuses à travers de bonnes pensées et des actions nobles et dignes. D'autres personnes mues par les idées noires  se délectent de la médiocrité et sèment le trouble en elles-mêmes et autour d'elles. La haine, l'envie, les regrets et les récriminations  sont des nuits accablantes qui glacent les êtres et empêchent le bonheur de luire en leur coeur. Remarquez que les étoiles nous enchantent car elles continuent de briller même quand la nuit court à l'eau très noire et très chargée. Comme les étoiles qui scintillent, le bonheur requiert sérénité et foi en les forces positives et bénéfiques. Mon rêve m'a appris que les efforts mentaux doivent tresser l'or des étoiles pour récolter le bonheur de tous les sens. Vous allez me demander quel est le rapport entre les sens et le bonheur et je vous répondrai qu'il est en nous un univers où le soleil suprême éclaire, propage sa chaleur, chante, exhale son parfum et nous renvoie vers les gouttes des rosées et les vagues de l'océan. Il nous renvoie surtout vers les splendeurs de l'existence. Nous avons le choix de progresser au sein de la lumière heureuse ou de régresser dans les ténèbres de la médiocrité malheureuse. Nous avons le droit de nous réchauffer aux rayons bienfaisants des pensées créatrices positives ou de geler dans le froid glacial des schémas négatifs. Nous pourrions écouter les mélodies harmonieuses ou subir les fausses notes et les chants des corbeaux annonciateurs de mauvaises nouvelles. Notre odorat serait-il sublimé par des parfums suaves ou agressé par les odeurs puantes ? Et notre existence goûterait-t-elle aux récoltes heureuses de nos bonnes pensées ou souffrirait-elle les expressions sourdes du malheur ? Mon rêve m' a appris que nous traçons nous-même notre bonheur ou l'effaçons. Nous sertissons notre réalité de notre songe et de notre imagination. Nous créons, avec nos bonnes pensées, un écrin de bonheur à notre vie ou nous creusons la tombe du malheur avec nos idées noires. Nous sommes en mesure de dompter notre imagination et nos schémas mentaux et de réveiller le bonheur en nous. Mon rêve m'a appris une chose très importante :
                                            
  
                                                   
       
SI NOUS LE VOULONS NOUS POUVONS ETRE HEUREUX.

                                                  
                                              Eléonor GOSSELIN
                                           Tous droits réservés. 
                              

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 18:39

Funny Pics Animation Images Free PicsCette nuit, Séhérazade s'en alla aux pays des rêves avec le sentiment que quelque chose commençait à changer en elle. A peine avait-elle fermé les yeux qu'elle se voyait s'envoler libre de toute chaîne. Elle voguait littéralement au-delà des océans en scellant le Temps et en forgeant son coeur à la réalité absolue.
Séhérazade cherchait la vérité au-delà du réel et au-delà du possible. Ce rêve n'était que l'une des escales sous l'éventail ailé des forces du Ciel. Elle savait qu'on l'attendait dans les sphères et elle y allait avec le coeur débordant d'amour et de reconnaissance. Le monde invisible lui ouvrait ses portes et elle y accédait avec beaucoup de ferveur.
Elle aimait ces parfums suaves car les lieux qu'elle visitait embaumaient toujours l'Amour. Les fruits aussi exhalaient leur parfum et leur saveur sucrée et fraîche la ressourçait. Ses chagrins délétères étaient exorcisés et ses blessures lavées à l'eau pure du Soleil.
Non, non ! ce rêve n'était pas un conte d'Orient. Non, il n'était pas une chimère ni même un enchantement. Séhérazade était consciente que tous ses rêves étaient des réalités absolues. Des réalités empreintes d'originalité et de vérité et qui consacraient l'immortalité...
                                                      
                         
  NOS ÂMES SONT IMMORTELLES !
                                 
                               Eléonor GOSSELIN
                              Tous droits réservés.
                                      
                         

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:37

Animation Images Free Image Hosting Animation Pictures

   

Séhérazade n'en pouvait plus, après toutes ces séances consacrées à écouter les personnes mises en cause dans une grande affaire d'injustice et après les requêtes des victimes, tout son être criait la grande fatigue. Elle implorait le calme après toutes ces tempêtes dûes à la bêtise humaine.
Elle se purifia à l'eau froide et au gros sel, se parfuma au musc, alluma une bougie verte, consacra son rituel quotidien de prières et sombra dans un profond sommeil.
Soudain, elle se trouva dans un immense riad et une houri aux grands yeux noirs vint vers elle et lui tendit un parchemin.
" Qui êtes-vous ? lui demanda Séhérazade, les yeux écarquillés.
- Je m'appelle El Baraka répondit la sublime beauté. Approchez ! Que je vous bénisse ! 
En disant cela, El Baraka avait tendu la main pour la mettre sur la tête de Séhérazade. Celle-ci demeura immobile tout le temps que dura cette longue bénédicition.
- Quelle agréable surprise ! parvint-elle à articuler, au comble de la joie. Vous êtes El Baraka et vous me bénissez ! Mais en quel honneur ? Est ce que je mérite vraiment toutes ces divines faveurs ?
- Parfaitement ! Vous avez apporté votre précieux concours aux forces positives de l'Univers et je suis envoyée pour vous en remercier, approuva la belle houri.
- Que je vous bénisse ! Que je vous livre mes secrets : soyez pleinement présente dans ce que vous faîtes. Ayez à coeur de révéler l'union entre votre pensée et votre sentiment. Connaissez ! Mais soyez ! Soyez à la joie, soyez à la bonté, soyez à la paix en vous-même. Soyez humble avec un état d'harmonie qui vous ouvrira les portes de la Grâce divine. Emerveillez-vous devant la rosée du matin car elle porte en elle le mystère des cieux. Parlez aux roses blanches le langage de l'Amour. Parlez aux fleurs jaunes le langage de la Victoire. Souriez et émerveillez-vous devant votre être, votre voix et votre regard. Laissez-les s'inonder par la claire lumière de l'Univers et irradiez l'Amour. Epousez l'Unité et brillez par vos qualités de coeur et par vos grands principes. Défendez-vous et parlez au nom des pauvres et des déshérités, rendez-vous justice et rendez leur la dignité. Perpétuez la Grandeur et éclairez le monde par vos gestes, par vos sourires, par vos paroles et par vos actions en faveur de tout ce qui est l'Amour. Vous savez bien que tout est impermanent.
Séhérazade se mit à pleurer :
- Je suis ébranlée par toutes ces injustices et mon coeur pleure...
El Baraka essuya ses larmes et la consola :
- Calmez votre coeur et colorez de sérénité les vagues de votre esprit. Ne pleurez pas. Votre joyau brille par lui-même. Vous êtes une âme sensible et l'iniquité vous cause beaucoup de mal. Vous êtes grande par votre humanité mais n'oubliez jamais que la bassesse fait partie de ce monde et les êtres sont différents. Les âmes élevées ressemblent aux étoiles qui brillent et vous rappellent le but ultime vers lequel tend votre coeur : l'Amour. Mais les ignares, les âmes grossières sont la personnification des étangs noirs qui symbolisent la médiocrité. Ces êtres infâmes et vils se délectent de leurs bêtises et portent atteinte à toute l'humanité. Leurs gestes écorchent les coeurs et leur méchanceté gratuite ainsi que leur injustice fatiguent les esprits. Renvoyez-les vers l'Eternel et vers le Cosmos et priez pour eux car ce sont de pauvres âmes errantes qui manquent de lumière. Bénissez-les et leur actions marquées du sceau de l'enfer ne porteront jamais de fruits. Bénissez-les !
Séhérazade se réveilla en sursaut et trouva un parchemin marqué du sceau de Salomon. Qui avait pris le soin de lui mettre à portée de main ce voile vert ? Qui avait échangé la bougie verte contre une bougie rouge ? Tant de questions auxquelles personne n'était en mesure de répondre. Auriez-vous la réponse ?
                                    
Tous droits réservés.


                              

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 17:54

      Free Image Hosting Icon Pictures Icon Pics

Dinarzade salua Séhérazade et commença par lui faire un compte rendu de sa matinée :
- Je suis vraiment fatiguée par tous ces rappels à l'ordre. Ce matin, j'ai réglé un grand problème.
Séhérazade la félicita :
- Vous progressez chaque jour car Sheriar est satisfait de votre gestion. Je vous encourage à continuer sur cette voie.
Dinarzade s' inclina puis remercia :
- Je vous remercie pour votre encouragement. J'ai besoin de cette reconnaissance pour me ressourcer et remplir convenablement ma mission. J'ai été chargée de remettre de l'ordre et je le ferai. Ce matin, j'ai convoqué le cerveau de ce fameux groupe qui a semé le désordre en lançant des rumeurs incroyables. C'est une femme, une perfide et une excitée infernale mais je l'ai fermement remise à sa place. Le groupe qu'elle manipulait pour réaliser ses maudits desseins est constitué d'êtres mesquins et l'un d'eux, un menteur comme je n'en ai jamais rencontré, m'a inspiré une grande pitié car j'ai bien vu qu'il était complètement perdu. Livré comme il était à la haine et à la méchanceté, il agissait sans aucun scrupule.
Séhérazade remarqua que Dinarzade était fatiguée. Elle l'invita à s'asseoir et lui offrit un verre de limonade pour se rafraîchir :
- Buvons à votre victoire sur les forces du mal. Je vois que vous avez fait le nécessaire pour éradiquer la source de tous les maux que notre empire a subi ces derniers temps.
Dinarzade approuva :
- Vous vous rendez compte que ce groupe est censé faire régner l'ordre et c'est lui qui nous cause tant de désordre. C'est incroyable que de pareilles choses se produisent ici sur notre terre où la liberté et l'égalité sont souveraines. Ce groupe a voulu bafouer ces grands principes. Certains de ses membres  se sont même appropriés, mais uniquement dans leur tête, la terre de notre empire et maltraitaient certaines personnes d'origine étrangère en leur faisant remarquer que l'empire ne les accepte pas car leur race est différente. Avez-vous vécu une pareille bassesse ? J'ai calmé leurs mauvaises ardeurs et j'ai refroidi leurs élans démoniaques en leur demandant de me fournir les papiers qui attestent que l'empire leur appartient à eux seuls. Je leur ai fait comprendre, avec preuve à l'appui, que notre terre à nous tous appartient à tous les sujets dignes même si ces sujets sont d'origine étrangère. Et la preuve fatale qui leur a fait vraiment mal c'est le grand parchemin de notre histoire dans lequel ils ont pu lire que nombreux sont les sujets de notre empire qui ont des parents ou des grands parents d'origine étrangère. Je les ai invités à revoir leur leçon d'histoire pour comprendre les tenants et les aboutissants des migrations successives et de comprendre que le principe d'égalité signifie bel et bien EGALITE et non DIFFERENCE. Aucune blessure faite à l'intégrité de l'un des sujets de l' empire n'est acceptable, aucune atteinte à la dignité n'est tolérable non plus et je les combattrai de toutes mes forces ces ignorances qui nous compliquent l'existence.
Séhérazade se purifia les mains en les lavant avec du citron :
- J'éprouve beaucoup d'amertume quand je réalise que des êtres indignes s'approprient des biens qui appartiennent à toute la communauté. Je ne comprends même pas de quel droit ils osent parler au nom de notre empire et de notre patrie et prétendre que les sujets d'origine étrangère ne sont pas acceptés à cause de leur race.
QUELLE RACE ? IL N'Y A QU'UNE RACE ET C'EST LA RACE HUMAINE.
Je suis révoltée par tant de haine et tant de perfidie. Comment une femme peut pousser tout un groupe à se comporter mal comme si nous vivions dans une jungle ? Quelle conscience humaine est en mesure d'accepter ces stupidités à faire rire les ânes ? Je suis anéantie par tant d'injustice et tant de cruauté. Ces machinations aveugles et sans nom sont à condamner et vous avez bien fait de remettre l'ordre dans ce groupe semeur de désordre. C'est curieux, j'ai fait un rêve où la perfidie et le mensonge se vantaient de faire des victimes mais elles ont fini par tomber dans la tombe qu'elles ont creusée.
Dinarzade supplia :
- Je vous en prie, ma soeur, racontez-moi ce rêve.
Séhérazade, toujours en proie à une très grande colère, prit un miroir, se regarda puis commença la narration :
- De par les forces aveugles de l'injustice et du désordre sans nom, une femme perfide et son groupe constitué de membres menteurs et mesquins se sont embusqués à la croisée d'un destin innocent et ils ont voulu y répandre leurs odeurs nauséabondes. La perfidie et les mensonges n'abaissent-ils pas leurs auteurs ? Les rumeurs et les histoires montées de toutes pièces ne déclenchent-elles pas les grands incendies qui brûlent les innocents et les coupables ? Mais, grâce à l'intervention divine, le feu déclenché par les personnes mises en cause a brûlé leur propre bien et elles ont été obligées de faire marche arrière.
  Free Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon PicsFree Image Hosting Upload Photos Icon Pics
Ont-elles compris que 
LA RACE HUMAINE EST UNE ET ELLE EST INDIVISIBLE ?

 

 

Eléonor GOSSELIN

 

Tous droits réservés.

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:45

Free Pics Free Image Hosting Photo Sharing
Dinarzade ressentait une grande rage à l'encontre de ces valets et de ces femmes de chambre, qui, pour faire du mal, restaient intarissables.
" Ma soeur, déclara-t-elle en s'adressant à Séhérazade, je vis dans un univers où les vraies valeurs sont rares. L'hypocrisie fait des ravages et les êtres haïssables qui passent leur temps à dénigrer les autres et à les poignarder dans le dos augmentent de jour en jour. Engeance de vipères, comment pourraient-ils donner aux autres du miel ? Les bouches parlent du trop-plein des coeurs et quand ces derniers ne contiennent que du fiel, les paroles ne sont que du poison mortel...Que dois-je faire pour que ces êtres nuisibles cessent de ronger la vie des autres ?
- Calmez-vous, ma soeur, pesez vos mots et ne vous laissez-pas embarquer par le mal. Êtes-vous disposée à écouter des ignorants qui parlent science ? Êtes-vous prête à croire qu'un arbre pourri donne de bons fruits ?
- Non. Des ignorants ne seront jamais en mesure de parler ni science ni bon sens. Quand aux arbres pourris on les reconnaît à leurs fruits gâtés.
- S'il en est ainsi, Dinarzade, n'accordez aucune importance à ces personnes indignes ni à leurs propos qui blessent et qui violent la liberté des autres. Comme vous l'avez bien précisé, les ignorants ne vous tiendront qu'un discours malveillant. C'est dans leur nature de se trahir en faisant voir leurs mauvais penchants. Mon dernier rêve fait allusion à ces maux incurables dont souffrent toutes les personnes de mauvaise foi.
- Raconte-moi ce rêve qui dénonce ce fléau.
- J'ai rêvé d'un sage qui m'a donné une belle leçon :
" Est ce que la bassesse parle de la lumière des grands principes ? Non, car son optique est trop ténébreuse. L'aigreur, la méchanceté, les racontars vains et méprisants tissent les êtres qui leur ressemblent. On ne peut, en aucun cas, récolter du miel de la bouche des vipères. Le seul remède est de les fuir comme on fuit le poison et la laideur fatale."
Avez-vous compris le sens de ce rêve ?
- Oui, Séhérazade, j'ai compris qu'on ne change pas les vipères. Mais, on peut bien les éviter pour ne pas recevoir leur poison.

Tous droits réservés.

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 14:30

Tube PSP : Fleur

Dinarzade regarda Séhérazade puis soupira :

«J’aimerais vivre ce que vous vivez, ma soeur, mais je ne suis pas placée par le destin dans les sphères élevées de la sagesse comme vous l’êtes. Vous avez vraiment de la chance de vivre vos rêves. Par contre, la vie a été injuste avec moi. A cause de la jalousie des autres je suis vraiment malheureuse et je ne peux même pas rêver ma vie. »

Elle éclata en sanglots : « Je me rends compte que je n’ai aucune valeur et les autres ne m’accordent aucune importance. Je les hais car ils ont cassé en moi toutes les motivations de la réussite. Je suis condamnée à échouer car personne ne veut m’aider. A part vous, ma sœur, personne ne fait rien pour moi. Je suis vraiment malheureuse.»

«  Insensée ! lui reprocha Séhérazade. Non, vous n’êtes pas malheureuse. Vous croyez l'être mais vous ne l'êtes pas. Et supposons que, dans le cas extrême, vous êtes vraiment malheureuse, à qui incombe la responsabilité de votre état d'esprit ? Est ce aux autres qui ne vous accordent pas d’importance ? Ou est ce à vous qui manquez de confiance en vous tout simplement ? Votre bonheur est dans votre cœur et je ne comprends pas pourquoi vous voulez être tributaire de la volonté des autres pour le ressentir et le vivre. Ce sont vos qualités qui forceront l’admiration des autres et vous avez la possibilité de les faire briller à travers des actes nobles. Croyez-moi, ma soeur, qu'il est plus louable de se remettre en question que d’accuser les autres de votre propre malheur ou malchance. En agissant ainsi vous transformerez vos échecs en opportunités de réussite. Je vais vous raconter mon rêve. Vous comprendrez ainsi que c’est vous, et uniquement vous, qui êtes responsable de vous-même et seule votre propre conduite est en mesure de vous élever ou de vous accabler.

- Vous avez raison ! Merci, ma soeur, de me donner ces bons conseils.

J’aime vos rêves qui me présentent les messages d’une façon à la fois attrayante et constructive. Oui, racontez-moi votre dernier rêve et je vous promets que j’en tirerai la bonne leçon approuva Dinarzade.
Séhérazade prit le parchemin sur lequel elle avait écrit son rêve et commença la lecture : 

" J'étais avec un bel homme dans un paradisiaque cube lumineux de couleur jaune d’or où régnait  un parfum d’éternité. Nous vîmes alors un grand lotus dont les quatre pétales étaient rouges.  Soudain, nous remarquâmes que ces quatre pétales se déployèrent lentement et surgirent alors quatre créatures célestes lumineuses et à peine voilées. Elles se dirigèrent vers la fontaine de la Beauté pour s’y abreuver. Songez à des jeunes filles sublimes qui recèlent en leur personne la Souveraineté, la Grâce et la Beauté. Elles portaient à la main droite la baguette magique de l’Intelligence et à la main gauche la pomme de la Connaissance. Tout en se désaltérant, elles glorifiaient le Tout-Puissant et leur virtuosité immense séduisait nos cœurs.

Mon compagnon et moi-même les saluâmes et elles posèrent leurs grands yeux noirs sur nous mais continuèrent  de chanter :

Louange à Dieu, Seigneur de la Terre et des Cieux !

Nous, énergies de Saturne, inoculons la Beauté, la Grâce et le parfum d’Eternité !

Seigneur, Tu es le Souffleur, nous sommes le cube de cristal merveilleux !

Tu es l’Alchimiste, nous sommes le creuset de Ta Divine Subtilité !

Les quatre créatures nous offrirent un écrin où brillait un cube en cristal de Bohème.

Nous les remerciâmes et quittâmes ce lieu magnifique pour rejoindre un autre lieu plus beau. Nos cœurs étaient dilatés de joie et nous plongions dans un océan en forme de demi-cercle croissant à la couleur blanche immaculée. C’était un monde de soie où la bonté et la dévotion étaient  souveraines. Mon compagnon  désirait rencontrer les six créatures lumineuses qui venaient juste de sortir du lotus aux six pétales. Elles invoquaient Dieu en frottant deux cymbales d’argent l’une sur l’autre. Mais nous étions incapables de nous approcher d’elles car six gardiens nous barraient le passage. Je m’adressai au premier gardien :

- S’il vous plaît, Monsieur, laissez-nous passer.

Le vilain surveillant fit des grimaces :

- Avant de me demander de vous laisser passer essayez de  me vaincre car je suis la crédulité et j’ai un grand pouvoir sur vous pauvres humains.

Je me tournai vers le deuxième gardien :

- Puis-je vous demander de nous laisser approcher ces belles créatures ?

Le surveillant refusa en criant très fort :

- Je suis la cruauté et je vous interdis d’avancer vers qui que ce soit.

Le troisième gardien nous méprisa :

- Je suis le dédain et tant que vous êtes mes esclaves je vous méprise.

Le quatrième surveillant prit des airs de savant et se vanta :
- Je suis la fausse connaissance qui guide les humains à leur perte et tant que vous ignorez que votre ignorance est sans bornes je vous tiens à l’écart de tout savoir.

Le cinquième gardien nous toisa de son regard et se perdit dans un monde de chimère :

- Je suis l’ultime illusion qui rame dans la confusion. Restez où vous êtes car vous confondez toujours la réalité et l’illusion.

Le sixième gardien qui est lui-même prisonnier de sa propre suspicion nous accusa :

- Vous voulez voler l’icosaèdre mais je vous en empêcherai.

Néanmoins, les six créatures de lumière nous envoyèrent une colombe blanche qui nous remit un magnifique icosaèdre et un parchemin sur lequel brillaient ces mots :
« Essayez de triompher de tous ces défauts et nous ferons de vous l’étoile scintillante qui brille dans le Ciel du Seigneur. »
http://www.youtube.com/v/P-Zz_bSCsBE&hl=fr&fs=1&"></param><param http://www.youtube.com/v/P-Zz_bSCsBE&hl=fr&fs=1&"

 

Tous droits réservés.


Eléonor GOSSELIN

 

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 12:51

Oiseau sur houx
 

 

 

Dinarzade  regarda

Séhérazade d’un air soupçonneux :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

- Voulez-vous, ma soeur, m’expliquer

ce qui nous arrive ? Nous sommes entrain de voler comme des oiseaux dans cette immense lumière et vous avez l’air émerveillée comme si nous montions au paradis. Où sommes-nous vraiment ? Quelle est donc cette lumière au sein de laquelle nous planons ? Qui sont ces formes qui nous entourent ? Et que sommes-nous entrain de vivre en ces instants ?

 

Séhérazade  prit un air vexé :

- Pourquoi me regardez-vous, ma soeur,  de cet air plein de soupçon ? Et que dois-je donc vous expliquer en ces instants où la réalité dépasse la fiction ? 

Dinarzade se fâcha :

- C’est bien vous, ma soeur, qui avez cherché à créer cette réalité qui dépasse la fiction. Maintenant, il faut que vous assumiez pleinement votre responsabilité. Nous étions assises tranquillement dans ce bateau qui faisait la traversée de la mer quand vous avez jeté vos curieux pantacles aux vagues, vous nous avez fait sentir votre fameux parfum magique et vous m’avez demandé de réciter avec vous cette prière ;
« Nous sommes le canal des miracles, nous sommes le carrefour des grâces, nos cœurs sont le siège des espérances, nous attirons le Vrai, nous attirons le Beau, nous attirons le Juste, nous montons et nous nous élevons... "

 


Nous sommes entrain de monter encore et toujours. Voulez-vous me dire, enfin, où planons-nous comme cela parce que si nous continuons de nous élever, à un moment ou à un autre nous rencontrerons un obstacle et nous ferons une chute libre mortelle ? D’ailleurs, je me demande vraiment si nous sommes encore en vie car j’ai l’impression d’avoir laissé mon corps sur le bateau. Je suis même convaincue que c’est seulement mon âme qui plane.  

 

 

Séhérazade essaya de rassurer sa soeur :

- Certes, nous baignons dans un nuage de lumière mais nous sommes vivantes. A vrai dire, nous évoluons au milieu des Houris du paradis. Remarquez comme elles sont très belles…

Dinarzade demanda en ricanant :

- Quel paradis ? Comme vous y allez et qui vous dit que ce fameux paradis existe seulement, hein ? Et même si le paradis existe, croyez-vous qu’on vous ouvrira la porte pour vous laisser semer le désordre au sein de ce royaume céleste ? Savez-vous que vous êtes une créature surprenante ?...


Séhérazade leva la main fermement. Avec ce signe, elle demandait la permission d' interrompre cette discussion qui commençait à dévier. Dinarzade se tut et inclina la tête. Séhérazade essaya de rectifier les commentaires erronnés de sa soeur :
- Ce matin, vous m' avez demandé de vous raconter mon rêve. Vous avez insisté tellement de fois que j' ai fini par accepter. Mais au lieu de vous narrer l' histoire, j' ai préféré vous faire découvrir directement ce que j' ai vécu. Je persiste de dire que nous sommes au Ciel et nous sommes entourées des Houris. Vous avez le droit de ne pas me croire, ma soeur, mais je ne vous permets pas de me juger. Seule une créature qui est un modèle est en mesure de le faire. Vous n' êtes point cette créature et vos jugements souillent votre coeur. Ne jugez pas car même le Créateur, qui est parfait, ne le fait pas. Et vous n' êtes qu' une créature avec vos qualités mais avec vos lacunes.


Dinarzade s' excusa en sanglotant :
Ma soeur, excusez-moi, mais je voulais une histoire et vous me faîtes découvrir les mystères...Je suis éblouie par tant de merveilles...Nous sommes dans ces univers où vibre l' Amour et mon esprit a beaucoup de mal à accepter ces réalités.
Séhérazade lui prit les mains et l' encouragea :
- Nous sommes en sécurité ici et nous vivons l' envol sacré. Alors calmez-vous, ma soeur, et appréciez ces beautés divines qui nous entourent. Gravez ces souvenirs dans votre coeur et rendez louange au Grand Architecte.
Chères lectrices, chers lecteurs, avez-vous découvert le secret du jour et du papillon qui courtise la rose ? Avez-vous apprécié le lever du soleil et contemplé les merveilles ? Les mystères nous affleurent.

 

 

 

Eléonor GOSSELIN
 Tous droits réservés.

 

 

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 12:27

  tube

 

En face d'une belle mer, Séhérazade revivait en mémoire et dans ses moindres détails la belle vision qu'elle venait de vivre et elle pensait en son coeur que tout était trop beau pour être vrai mais elle s'exclama :

«  Comme ce songe est magnifique ! oui, ce rêve qui me révèle le futur est génial et ... »

 

L’émotion étrangla la suite des mots, puis soudain en ses oreilles flambèrent le futur et la musique qui chantait les merveilles d'une cité appelée Paris.

 

La mer lui résonnait la voix de cette noble cité à travers une belle chanson interprétée, à tour de rôle par un chanteur  http://youtu.be/IpRDqWyO74U

 

et une chanteuse   http://youtu.be/XGUEirAHQBA   

Et le chanteur, comme un dieu d'amour et de beauté, qui exaltait en elle cette mélodie pleine de belles et de fortes émotions. Les vagues, qui scintillaient, comme les perles bleues de son empire, faisaient déborder l’émotion de ses profonds calices en répétant la chanson de son merveilleux rêve intitulée


                         « SOUS LE CIEL DE PARIS ».

 

Ses yeux se fermèrent mais Dinarzade la secoua vivement :

- La mer danse. Ecoutez cette belle chanson qui fait danser la mer !

Une belle voix d'homme venue de nulle part interpréta :

" Sous le ciel de Paris
S'envole une chanson ..."

Paroles Yves MONTAND "  Sous le Ciel de Paris "


Séhérazade prit soudain conscience que la vie était un éternel amour. Depuis ce rêve, sa vie était un enchantement et tous les mots étaient incapables d'exprimer ce qu'elle vivait au fond d'elle-même. Toutes ses cellules devenaient un rossignol qui chantait l'amour et les belles qualités du coeur. Toutes ces belles émotions lui offraient cette sérénité tant recherchée.
Paris, belle ville et merveilleux rendez-vous de tous les amoureux du monde. Revivons le même rêve de Séhérazade qui, en son temps, a été émerveillée par cette sublime cité du futur. Paris est notre présent à nous, alors vivons ce rêve merveilleux et apprécions ensemble ces belles notes musicales dédiées à l'Amour.

  

Reconnaisseez que ces sublimes images et les vagues mélodieuses de l'accordéon qui exultent le rayonnement et la joie de Paris sont tout simplement un bel hymne d'amour à toute l'humanité.

Le chanteur Yves MONTAND et la chanteuse Edith PIAF ont vraiment des timbres harmonieux et leur chanson " SOUS LE CIEL DE PARIS " a enchanté le passé, enchante le présent et émerveillera le futur. Comme Séhérazade, nos coeurs sont conquis !

 

  

  Eléonor GOSSELIN

 

      Tous droits réservés.

Repost 0
Published by Eléonor - dans MILLE ET UNE NUITS
commenter cet article